• +(509) 4212-9541

Google : trop grand pour tomber?

Google : trop grand pour tomber?

lrjp No Comments

Googole too Big to fail ?

C’est un titre provocateur digne d’une Cassandre du XXIe siècle.. Nous ne pourrons évidemment pas tenir le suspense bien longtemps, même si Rome est tombée, on pense que Google ne disparaîtra pas, sauf une chimérique volonté politique. Les GAFA sont prix dans une crise systémique et on peut dire que l’humanité n’a jamais autant utilisé quelque chose qu’elle détestait. Google, étonnamment, échappe au critique, si ce n’est celle de la presse et des différents gouvernements qui le traquent comme le dernier des fraudeurs fiscal. On le voit aussi largement décrié pour l’utilisation de nos données personnelles ou pour des entraves à la concurrence. Il est amusant de voir qu’il est dénoncé comme s’il était immuable. Facebook se fait menacer de dépeçage depuis l’idée de son patron de lancer une cryptomonnaie, mais Google lui prend des amendes de plusieurs milliards, mais personne n’ose toucher à une entreprise qui représente 85% des recherches mondiales. Alors, on peut se demander si Google fait partie des entreprises que l’on qualifie de « trop grosse pour tomber », le fameux « Too Big to fail », qui reste à relativiser.

Le monopole de Google

Les économistes diraient que c’est une situation d’oligopole avec « seulement » 85% des parts dans le monde. Ce chiffre est à mesurer à la hauteur de l’adversité. C’est la Chine et la Russie qui le privent de ce quasi-monopole en le bloquant plus ou moins pour favoriser des solutions plus locales ou  disons moins américaines. Le libéralisme était la solution pour libérer les hommes de l’État tout-puissant, du Léviathan décrit par Hobbes, du prince de Machiavel, du communisme et j’en passe. Et à la fin de l’histoire du libéralisme, il  engendre des monstres plus puissants que les États. Qui n’est pas ou n’a pas été littéralement enthousiasmé par l’innovation de la firme de la Silicon Valley ? Plus les produits innovants sortaient de la firme, plus nous nous enfermions dans une prison dorée où tout était gratuit parce que nous savions pas encore que nous étions le produit. Un jour, peut-être, on louera l’intelligence des gens de Google qui ont su surfer sur ce qu’il y a de moins flatteurs chez l’être humain. Google a pris la théorie du boucher d’Adam Smith pour l’appliquer au Web..

Il a utilisé l’appétence de l’être humain pour son intérêt personnel, le gratuit, et sa curiosité, l’innovation, pour le prendre dans ses filets. Aujourd’hui, Google n’a quasiment pas de concurrence sur son moteur de recherche dans le monde. Au-delà de la liberté d’information.. Si demain, il estime qu’un groupe d’activiste met en péril son existence, il pourrait l’exclure de l’histoire en effaçant la moindre trace de son existence sur le web. Science fiction ? Vous avez entendu parler des retouches Photo du KGB durant la guerre froide ? On sait Google, c’est cool, c’est la Silicon Valley. Il a quand même fallu l’intervention de certains de ses employés devant les médias  pour empécher le géant Américain de collaborer avec l’armée américaine sur un programme de surveillance globale et de perfectionnement des drones.

Pourquoi Google est intouchable ?

Google monopolise 85% des recherches sur la toile. On le répète, car ce chiffre implique que le groupe Google, rebaptisé ABC, est intouchable.

Le temps d’un web libertaire, épargné des marchands, n’a presque pas eu le temps d’exister. Aujourd’hui, une recherche, ce sont des milliers d’entreprises qui se battent pour apparaître. Détruire, Google, c’est déclencher un  chaos. Les autres moteurs de recherche comme DuckNGo ou Qwant pourrait prendre la relève pour ceux qui ne sont pas dépendants, mais vous pensez vraiment que les entreprises qui ont dépensé des centaines de millions en pub vont accepter de se retrouver en 2éme page ou 3eme page sur un moteur de recherche qui va refuser en plus  de leurs vendre ses données personnelles ?

Si Google tombe, c’est comme un choc boursier pour toute l’économie du net. Et personne n’est prêt à jouer ce coup de poker. Il y a trop d’enjeux.

On  sait que Google a bien fait chuter Yahoo, alors on peut imaginer que dans le futur, l’histoire se répètera.  Yahoo était beaucoup moins puissant à l ‘époque et l’économie du Net en était à son balbutiement par rapport à aujourd’hui. Yahoo était un dinosaures et Google le météorite. Aujourd’hui, l’économie du net est stabilisée avec les grands acteurs qui la contrôlent.

L’autre aspect est évidemment géopolitique. Les USA ne voudront jamais prendre le risque de perdre son pouvoir sur la toile au profit d’une société étrangère. On voit que ce n’est pas anodin, quand la Chine ou la Russie ont développé des champions locaux pour éviter toute dépendance. Google a un avantage et il fait comme tous les autres membres du GAFA. Quand un concurrent est trop menaçant ou en avance, il le rachète. Si demain, une entreprise développe un outil plus performant que le moteur de recherche de Google, elle aura besoin de fond conséquent et Google viendra investir discrètement…

On peut dire que Google est entré dans cette zone grise des entreprises plus puissantes que les États qui ne peuvent pas mourir, car elles entraîneraient tout le système avec elle. La réponse à notre question est donc « oui ». Google est « too big to fail ». 

 

Nos services

Sécurité Numérique - Hébergement WEB - RADYOWEB.pw - P.A.O.